FR - NL


 RECHERCHE >>>



A.S.B.L. ARDIC
C/O Guy CHARLIER
Bois d'Airemont 18
6032-MONT-SUR-MARCHIENNE

secretariat@ardic.be

VISITE ARDIC 20/09/2010 - CHANTIER TUNNEL SCHUMAN-JOSAPHAT

 

VISITE ARDIC 20/09/2010

CHANTIER TUNNEL SCHUMAN-JOSAPHAT

 

Pour plus d'infos sur ce projet cherchez LEOPHAT sur Google ou http://tchorski.morkitu.org/2/ ou http://ecms.infrabel.be/DMS/  ou encore www.laurette-onkelinx.be

 

Ce 20 septembre 2010, une quinzaine de techniciens de 6 communes bruxelloises ont eu l’occasion de visiter cet important chantier grâce à l’amabilité de François-David Jonard, ir Directeur adjoint dans l’entreprise J Denul.

. Ce chantier gigantesque comporte un tunnel ferroviaire de plus d’un kilomètre pour relier la station/gare Schuman, et donc le site de l’Union Européenne, à la ligne 26 (tunnel existant vers Leuven, Liège et Bruxelles National). Ce sera une liaison très importante dans l'utilisation du RER de Bruxelles, un dédoublement par l’est de la jonction Nord-Midi et une desserte rapide et efficace de l’aéroport.

La particularité de ce chantier est le travail sous terre, en bonne partie manuel, (comme à la gare d'Antwerpen) pour éviter au maximum de perturber la vie de la cité et les mouvements de terrain, la zone traversée étant densément bâtie. Des mesures exceptionnelles ont été mises en oeuvre pour compenser les éventuels mouvements de terrain qui se feraient néanmoins.

L'intégration de ces travaux dans la ville a été particulièrement soulignée lors de cette visite.

Les travaux s’étalent sur plusieurs années jusqu’en 2014. Actuellement 300 ouvriers travaillent sur le site, éventuellement en shift, le chantier étant ouvert 24h sur 24 pour permettre l’évacuation des terres et l’arrivée des matériaux en dehors des heures de circulation routière et ferroviaire. En effet, en dehors de quelques puits d’accès à ouvertures réduites, les seuls acccés importants sont une trémie dans un tunnel routier et une voie de chemin de fer de l’actuelle tunnel de la ligne 26. Aucun autre trafic ne pourra être perturbé sauf la trémie de l’avenue de la Loi pour 3 semaines durant l’été. Les terres (plus de 200.000 m3) sont évacuées principalement par chemin de fer sur le site de l’ancienne gare Josaphat en attendant leur destination finale.

Le chantier est divisé en 3 zones: la partie la plus longue sous un tunnel routier existant, le raccordement de cette zone à la gare Schuman existante et à l’autre bout, le raccordement à la ligne 26 en tunnel à cet endroit.

Sous le tunnel routier de la rue de Cortenberg, de et vers Liège, un tunnel ferroviaire avait été construit à l’époque. Malheureusement en fonction du niveau des voies existantes de chemin de fer auxquelles il faut se relier, cet ouvrage n’était pas assez profond. Il du être repris en sous-oeuvre par fouilles blindées manuelles sur plusieurs mètres de profondeur. Ce système a été appliqué pour réduire au maximum les mouvements de terrain et les travaux en surface. Près de la surface, des tunnels avec boucliers ont été creusés pour donner à accés à ces fouilles. Des petits trains électriques circulant dans ces tunnels d’accès alimentent les fouilles blindées et évacuent les terres extraites manuellement.

Du côte ville, la nouvelle gare et la station de métro se situent aux niveau -3 et -2, le premier sous-sol étant le tunnel routier et sa sortie rue de la Loi. Le train traverse l’espace de la station de métro en aérien. Ce volume très complexe recevra un éclairage naturel zénithal par les côtés. Vu la situation au pied du Berlaymont, les finitions de cet ensemble souterrain seront très soignées. Entre la rue de la Loi et le tunnel Cortenberg, le tunnel ferroviaire passe sous un immeuble de bureau dont les fondations ont du être reprises par des micropieux provisoires en attendant la dalle de toiture du tunnel. Des vérins plats permettent de compenser d’éventuels tassements des fondations. Dans ce tronçon, les fouilles blindées atteignent 13 à 20 m de profondeur. Ce travail manuel est partiellement executé par de la main d’oeuvre turque spécialisée dans les travaux miniers.

Du côté Josaphat, extérieur ville, la jonction avec le tunnel ferroviaire existant se fait par une boite qui couvre entièrement le raccordement. De ce côté , c’est sous un ilôt de maisons que l’ouvrage est réalisé. A cet effet, comme lors du creusement du tunnel ferroviaire d’Antwerpen, il a été fait appel à une firme spécialisée basée en Allemagne et en Suisse. Deux puits verticaux de 6m de profondeurs ont été creusés à ciel ouvert. De là, partent des tubes horizontaux sous les foundations des immeubles. Ces tubes (diam 160) sont équipés de manchettes tous les 50 cm par lesquels il est possible d’injecter latéralement et mettre ainsi les terres sous pression en cas d’affaissement de terrain. Ce travail peut se faire d emanière très précise. Dès le démarrage des travaux des injections ont eu lieu pour remplir toutes les cavités éventuelles. Pendant les travaux des contrôles permanents via de petits miroirs fixes sur les façades des immeubles, permettent de procéder immédiatement à des injections en cas de problème (tassement>5mm)

Tous les visiteurs se sont montrès trés satisfaits de cette visite, tout en espérant ne jamais devoir accueillir de tels travaux dans leur commune!

Paul Defawe



Fichiers à télécharger
PHOTOS - CHANTIER TUNNEL SCHUMAN-JOSAPHAT

Copyright 2006 © ARDIC asbl. All Rights Reserved. Do not duplicate or redistribute in any form.
Designed by Comase Info